Étiquette : La formation

6 ans à Sciences Po, de mon premier jour à ma remise de diplôme, quel bilan ?

6 ans à Sciences Po, de mon premier jour à ma remise de diplôme, quel bilan ?

>> Commander

 

Est-ce qu’on travaille beaucoup à Sciences Po ? On y apprend des choses intéressantes ? Est-ce que les élèves se prennent pour « l’élite de la Nation » ? On choisit le pays qu’on veut en troisième année ? Autant de questions légitimes et qu’il est bon de se poser pour savoir si étudier à Sciences Po va vous plaire. Entre fantasmes et clichés, qu’est-ce qui se cache derrière cette scolarité, ces 6 ans à Sciences Po Paris ?

Le premier jour, l’anonymat

Ah le premier jour à Sciences Po… Le rêve que j’ai poursuivi pendant toute mon année de Terminale. Ce pour quoi je me levais tôt le matin et me couchais tard dans la nuit… Ce pour quoi je choisissais de délaisser mes amis pour la lecture de The Economist ou du Berstein et Milza… Ah le premier jour à Sciences Po… Et bien non, mon premier jour n’a pas été une réussite.

En premier lieu parce que n’ayant pas entendu mon réveil sonner je suis arrivée avec 1 heure de retard, suante, mal habillée et effrayée à l’idée que j’allais être catégorisée de manière DEFINITIVE parmi « les gens pas sérieux ». En arrivant dans le hall d’entrée, un étudiant de quatrième année m’a amenée dans une salle pour « les gens en retard »… Heureusement avec 800 étudiants admis en premières années, personne n’a remarqué mon retard et cela n’a eu aucune conséquence sur le reste de ma scolarité mais il faut avouer que ce n’est pas un début idéal.

C’est là que j’ai réalisé que, vu le nombre d’élèves par promos, il était très facile d’être complètement anonyme à Sciences Po, du moins sur le campus de Paris. Je n’ai pas parlé à grand monde ce jour-là et j’ai eu l’impression d’être complètement noyée dans la masse.

1ere année, l’année studieuse

Evidemment pour le reste de mon année je suis arrivée à l’heure et n’ai plus eu de panne de réveil.  Heureusement car le premier semestre à Sciences Po est certainement celui qui m’a demandé le plus de travail. Il faut acquérir ces méthodes de problématisation et argumentation propres à Sciences Po. Cela n’étant pas innée ça demande un peu de sueur et quelques mauvaises notes avant d’ajuster tout ça. J’ai passé donc une bonne partie de ma première année à bosser en bibliothèque universitaire. Mais au fil de l’année, on gagne en efficacité et la charge de travail devient de moins en moins lourde.

En première année à Sciences Po Paris les cours sont organisés de la manière suivante : un cours magistral en amphi est complété par un cours en « conférence de méthodes » d’une vingtaine d’élèves. Les conférences de méthode sont le nom pompeux utilisé par Sciences Po pour qualifier ce qu’à la fac on appelle les TD (travaux dirigés). Les élèves qui suivent les mêmes conférences de méthodes que vous font partie de votre « triplette » (car vous suivez trois conférences de méthodes avec eux).

Les cours fondamentaux de la première année sont les suivants : histoire du XXe siècle, micro et macro économie, institution politique, sociologie et science-politique.  Vous aurez également des ateliers artistiques à choisir (théâtre, dance, chant, écriture, photos…) et des cours divers et variés parmi un large choix : environnement, relation internationale, philosophie, humanité littéraire, etc.…

La première année à Sciences Po se termine par un stage de terrain d’un mois minimum qui n’exige aucune qualification particulière. Sciences Po souhaite, à dessein, que ses étudiants effectuent un stage de terrain et pas un stage dans un bureau. J’ai pour ma part été vendeuse en librairie.

2eme année, l’année des expériences extra-académique

La deuxième année à Sciences Po est certainement celle qui vous demande le moins de travail. Vous avez désormais compris le fonctionnement des cours et ce qu’on attend de vous. Il est donc très facile de valider son année. C’est donc l’année idéale pour s’impliquer dans des associations, faire des petits boulots en parallèle, monter un projet, voyager, etc…

La deuxième année est également celle des « cours à la carte » chaque étudiant choisi les cours qu’il souhaite suivre parmi un panel très large.

La deuxième année est enfin celle du choix de la destination de 3A (l’année à l’échanger). Réunion, lecture de rapport de 3A, rendez-vous individuel, prise de contact avec des étudiants déjà partis… chacun a ses tactiques pour choisir la destination de ses rêves (et l’obtenir). Car vous faites six vœux, parmi une liste de centaines de pays et d’universités différentes, et ensuite Sciences Po vous donne une affectation.

3eme année, l’année à l’étranger

Je suis donc partie en Inde en troisième année, pour étudier la sociologie indienne à l’Université de Pune. Une année absolument inoubliable.

La troisième année est certainement la meilleure année à Sciences Po, et pour cause, vous passez un an dans un pays étranger, entre cours à la fac ou stage et voyage, loin de vos habitudes. C’est une année pleine de rebondissements et de belles découvertes. A n’en pas douter, ça vous transforme pour de bon !

La troisième année est enfin celle du choix du master que vous allez intégrer en septembre ! Question compliquée, surtout quand on est à l’étranger et que les voyages vous donnent beaucoup de nouvelles idées mais peu de réponses. Pour ma part j’ai changé de choix de master en juillet, une fois rentrée en France, ayant réalisé avoir fait le mauvais choix. J’avais choisi le Master Affaire Publique filière culture et j’ai finalement intégré le Master Communication. Aujourd’hui, avec le recul, je me dis que le Master journalisme aurait été mieux… Ah le choix de Master…

4eme année, l’entrée en master

La communication s’est avéré être un bon choix pour moi. Mais d’un master à un autre la scolarité change beaucoup. La charge de travail, l’ambiance, les connaissances, l’état d’esprit… ne sont pas les mêmes. Pour connaître les masters à Sciences Po et leurs débouchés vous pouvez lire notre article sur la question. 

La quatrième année est difficile car pour beaucoup d’étudiants il faut faire le deuil de la troisième année. Ce qui n’est pas une mince affaire. Même si le campus de Paris est très agréable, il est tout de même moins exotique que ce que nous venons de vivre.

Et puis surtout, en quatrième année, les choses sérieuses commencent avec la recherche de votre premier stage de 6 mois dans votre spécialité.

La césure, le monde professionnel

Pour beaucoup d’étudiant, la césure est maintenant un passage obligé. Il s’agit d’une année de stage entre la première et la seconde année de Master. La plupart des étudiants font alors deux stages de six mois. C’est un bon moyen de gagner en maturité et en expérience. Et donc d’augmenter vos chances d’être embauché à la fin de vos études. C’est également un moment propice à l’exploration pour ceux qui cherchent encore leur voie. Rien ne vous oblige à faire deux stages dans la même branche.

J’ai pour ma part faire mon premier stage chez Danone en innovation sociale et mon second stage dans l’un incubateur de start-ups sociales de la Ruche. Deux stages en communications et en entrepreneuriat social mais dans des structures très différentes (entreprise du CAC40 puis association)

C’est, au même titre que l’année à l’étranger, une année très enrichissante et qui vous permet de mûrir d’un coup !

5eme année, la fin

La plupart des Master (excepté le Masters de Droit et l’Ecole de Journalisme) ont organisé la dernière année autour d’un semestre de stage et d’un semestre de cours. C’est donc une année hybride pendant laquelle vous glisser dangereusement vers « l’après Sciences Po ». A n’en pas douter on sent que la fin approche.

La dernière année est aussi celle du Grand Oral, une étape obligée pour être diplômé de Sciences Po.  C’est, comme son nom l’indique, une épreuve oral d’une vingtaine de minutes pendant laquelle vous présentez, à un jury, un sujet choisi à l’avance. C’est plus une formalité qu’autre chose. Car présenter un sujet à l’oral et écrire une note de synthèse c’est finalement ce qu’on vous apprend à faire pendant cinq ans.

Ma remise de diplômes, et maintenant ?

Je suis arrivée à l’heure cette fois. La remise de diplôme a lieu à la maison de la radio, dans un auditorium magnifique… Ce qui permet de finir tout ça sur un jolie souvenir. Encadré de ses deux parents le plus souvent très fiers de vous, ça va de soi…

On réalise alors qu’il est temps de conclure 6 années à Sciences Po. Ce n’est pas immédiat mais en réalité on est tous plus ou moins déjà lancé dans nos projets futurs. Et c’est finalement ça la bonne nouvelle : entre la première et la dernière année, tout est fait pour que vous puissiez entrer dans la « vie active » (oh l’horrible mot…) sereinement et avec de beaux projets à réaliser !

TÉLÉCHARGEZ (gratuitement) VOTRE

CALENDRIER DE PREPARATION !

✓ Toutes vos deadlines au même endroit.

✓ Vos livres à lire et vos entrainements mois par mois.

✓ Des extraits du livre pour garder le cap toute l’année ! 😉

Concrètement ça mène à quoi Sciences Po ?

Concrètement ça mène à quoi Sciences Po ?

>> Commander

 

Le nombre de métiers possibles après une scolarité à Sciences Po est tellement vaste que je ne pourrais même pas vous proposer une liste exhaustive dans ce blog. De par la formation généraliste dispensée, de nombreux métiers vous sont ouverts, alors comment s’y retrouver ? Est-ce que Sciences Po est fait pour vous ?

6 secteurs principaux 

Les affaires publiques sont un peu le cœur historique de Sciences Po. C’est la raison même de la création de ces écoles. Ainsi vous pourrez après Sciences Po être (si vous êtes admis à un concours très sélectif) énarque, diplomate, administrateur territorial, directeur d’hôpital, directeur de musée ou d’un théâtre.

Le journalisme est également un des métiers prisés par les étudiants de Sciences Po. Sachez cependant que c’est une formation aussi passionnante que sélective et avec peu de débouchés.

Le Droit est également devenu une des marques de fabrique de Sciences Po. Magistrat, avocat, commissaire de police… autant de métiers désormais accessible après une formation dans un IEP et qui ne sont donc plus l’apanage des facultés de Droit.

L’enseignements et la recherche en histoire, sociologie ou sciences politique. Pour cela il faudra intégrer un doctorat après votre master.

La coordination de projet dans les Droits de l’Homme, l’urbanisme ou l’environnement. Encore une fois, c’est ici la formation généraliste en sciences sociales et l’esprit de synthèse qui amènent naturellement les étudiants de sciences po vers ces métiers.

Le conseil en finance, en communication, en marketing et l’entrepreneuriat. Alors que ce dernier secteur était auparavant accessible aux diplômés d’Ecoles de Commerce, Sciences Po commence petit à petit à gagner du terrain sur ce point.

La plupart des étudiants de Sciences Po intègrent un IEP sans vraiment savoir vers quel métier ils se prédestinent. Mais ce n’est pas grave ! Les trois premières années étant généralistes, cela permet d’avoir un répit de trois ans pour choisir, répit non négligeable d’autant plus que vous pourrez mettre ces trois premières années à profit pour faire des stages, des voyages et des rencontres inspirantes et ainsi choisir plus sereinement la filière dans laquelle vous spécialiser.

Article lié : Quelles sont les matières enseignées à Sciences Po ?

 

 

TÉLÉCHARGEZ (gratuitement) VOTRE

CALENDRIER DE PREPARATION !

✓ Toutes vos deadlines au même endroit.

✓ Vos livres à lire et vos entrainements mois par mois.

✓ Des extraits du livre pour garder le cap toute l’année ! 😉

Quelles sont les matières enseignées à Sciences Po ?

Quelles sont les matières enseignées à Sciences Po ?

>> Commander

 

Quel que soit l’IEP que vous intégrerez les matières enseignées restent, dans les grandes lignes, les mêmes. Mais avant de vous lancer dans la préparation d’un concours il est bon de vérifier que l’enseignement dispensé à Sciences Po vous convient. Au-delà du cliché selon lequel on apprend uniquement à brasser du vent, qu’est-ce qu’on apprend réellement à Sciences Po ?

Une base généraliste en sciences-sociales. 

L’histoire, le droit, les sciences politiques, l’économie et la sociologie sont les fondamentaux d’une formation à Sciences Po. L’idée est de former des généralistes qui auront besoin de piocher dans ces différentes disciplines pour gérer des projets ou des équipes. Dans tous les IEP les premières années sont généralistes. Ainsi, la spécialisation en droit, en économie, en relation internationale, en journalisme ou en communication ne se fait qu’en master, soit les deux dernières années d’études.

Notez, contre les idées reçues, qu’il y a assez peu de littérature et de philosophie à Sciences Po. Les élèves s’en plaignent souvent d’ailleurs, ce n’est pas absent mais l’accent n’est pas mis là-dessus. Une prépa A/L ou B/L est plus approprié pour les amoureux des Lettres.

 Voir l’article : Qu’est-ce que la Science Politique ?

Des méthodes de travail et un esprit de synthèse très recherché par les entreprises.

 Les étudiants diplômés de Sciences Po intéressent également les recruteurs pour les méthodes de travail qu’ils ont pu acquérir pendant leur formation. Il y a plus de travail qu’en fac mais moins qu’en classe préparatoire. Sciences Po reste une école qui impose à ses élèves une certaine charge de travail. Rien d’insurmontable évidemment mais suffisamment pour former des élèves qui savent travailler efficacement.

Les travaux que vous aurez à rendre à Sciences Po (dissertation, note de synthèse, exposé…) vous permettrons d’affiner votre esprit de synthèse. C’est certainement la caractéristique principale des étudiants de Sciences Po. C’est à dire être en mesure, sur n’importe quel sujet donné d’extraire les grands enjeux et éléments clefs.

La dimension internationale. 

Evidemment entre l’année à l’étranger et la place laissée à l’enseignement des relations internationales et des langues vivantes, impossible de passer à côté de la dimension internationale d’une formation à Sciences Po. C’est d’ailleurs ce qui attire chaque année des centaines de candidats intéressés par une carrière à l’étranger ou la diplomatie.

L’apprentissage par les expériences professionnelles ou associatives. 

Contrairement à la classe préparatoire aux grandes écoles (CPGC) Sciences Po base son enseignement tant que la formation académique que l’expériences professionnelles ou associatives. Stages obligatoires, associations étudiantes à Sciences Po, projets collectifs, junior consulting… Autant d’éléments centraux d’une scolarité à Sciences Po et qui amènent les étudiants à apprendre en faisant, au contact de la réalité des projets.

Une formation donc très complète mais qui ne conviendra pas à tous ! Ne foncez pas tête baissée en raison de « l’image » que renvoie Sciences Po. Prenez le temps de comprendre ce qui se cache derrière tout ça. Cela vous évitera d’avoir à vous réorienter après votre premier semestre de cours.

Sciences Po vous attire mais vous ne savez pas quel concours tenter ? Retrouvez notre article : Paris, concours commun, Bordeaux, Grenoble… comment choisir ?

TÉLÉCHARGEZ (gratuitement) VOTRE

CALENDRIER DE PREPARATION !

✓ Toutes vos deadlines au même endroit.

✓ Vos livres à lire et vos entrainements mois par mois.

✓ Des extraits du livre pour garder le cap toute l’année ! 😉

Qu’est-ce que la « science politique » ?

Qu’est-ce que la « science politique » ?

>> Commander

 

La science politique, définition

La science politique est une matière qui nous est complètement inconnue au lycée. Même une fois entrée à Sciences-Po, il m’a fallu quelques heures de cours pour pouvoir la définir. On pourrait dire, en une phrase, que la science politique est l’étude du pouvoir. C’est à dire le rapport entre l’État, les citoyens ou encore les groupes (syndicats, partis, associations, etc.).

Science Politique = philosophie politique + relations internationales + sociologie + droit ?

Pour étudier cela, la science politique se sert de plusieurs prismes. La philosophie politique en est le premier. Elle permet de réfléchir d’un point de vue conceptuel sur ce qu’est l’État (exemple : une société sans État existe-t-elle ?) ou sur le meilleur régime possible (exemple : la démocratie importée par les européens en Asie et en Afrique est-elle viable ?). Les philosophes ayant réfléchi sur ces questions ne manquant pas, la science politique vous permettra de découvrir les théories de Hobbes, de Rousseau, de Montesquieu. Dans une optique plus contemporaine, d’étudier aussi Arendt ou Bourdieu. Bien évidemment, l’approche philosophie ne suffit pas. Elle est complétée par l’étude des relations internationales, la sociologie ou encore l’étude des institutions politiques.

Qu’est-ce que ça veut dire pour le futur Sciences-Po ?

Ainsi, les sujets qu’étudient la science politique peuvent être : le vote (ex : l’étude des comportements électoraux), les partis politiques (ex : quels rôles ? Quelles origines ? Quelles évolutions ?), enfin dernier exemple (mais la liste pourrait être bien plus longue) l’opinion publique (à quel point un sondage est–il fiable, à quoi sert il ?). La science politique est avant tout une science sociale, fondée sur des théories d’auteurs étudiant le politique dans une acception assez large.

Quoi que le nom de l’école laisse entendre (à savoir, que la science politique sera votre principale occupation), sachez que vous n’étudierez pas uniquement cette matière si vous intégrez sciences-po. Elle sera sur un pied d’égalité avec l’histoire, l’économie, la sociologie et le droit. Donc si les descriptions suivantes vous ont effrayé… détendez-vous !

 

Envie d’en savoir un peu plus ? Lisez notre article : Quelles sont les matières enseignées à Sciences Po ?

TÉLÉCHARGEZ (gratuitement) VOTRE

CALENDRIER DE PREPARATION !

✓ Toutes vos deadlines au même endroit.

✓ Vos livres à lire et vos entrainements mois par mois.

✓ Des extraits du livre pour garder le cap toute l’année ! 😉